Rechercher
  • apsy

Les séances de psychothérapie

Le lien thérapeutique



Dans un lieu où peut émerger l’intimité de soi par les mots, par les émotions qui surgissent, la thérapeute convoque les différentes parties du consultant, de la consultante. Il s’agit, dans un espace-temps donné, de retrouver, reconnaître, rendre hommage à l’épaisseur, aux nuances, aux subtilités, aux contrastes et contradictions des personnes qui ont décidé d’entrer dans un processus de changement.

Un travail thérapeutique est un cheminement balisé de manière professionnelle, une implication bipartite où la thérapeute s’adapte entièrement à la personne assise en face d’elle, dont elle s’astreint à comprendre ce qui est bon pour elle afin de la guider au mieux dans son évolution. La curiosité de s’enrichir d’un autre être humain ainsi que la volonté de lui venir en aide sont à la base de la motivation de la thérapeute.


La psychopraticienne met à jour les enjeux des situations évoquées, fait s’articuler les liens entre les protagonistes, repère les murs porteurs de la construction identitaire de la personne, en souligne toujours les aspects positifs, encourage à s’améliorer, soutient l’effort sans brusquer, aménage des pauses, souffle sur les ressources parfois enfouies du consultant, de la consultante comme sur des braises pour raviver la flamme vitale.


La thérapeute refuse toute vision réductrice, parcellaire, simpliste de son patient, de sa patiente. Elle respecte le rythme de parole, d’investissement de celui, de celle qui accepte d’ouvrir la porte de sa vie personnelle, secrète. La bonne professionnelle ne juge jamais, ni l’apparence, ni les propos, ni les actions. Elle se doit d’être un modèle, un phare, a la parole nette et précise, mais nullement agressive ou impérieuse, elle porte un regard doux et bienveillant.


Le lien thérapeutique s’ancre dans une confiance mutuelle, dans un rythme particulier, dans des échanges éloignés de tout pouvoir, où les responsabilités individuelles sont à l’œuvre dans une dynamique d’assiduité et de discipline.


L’autonomie du patient, de la patiente est le but ultime de toute psychothérapie : toute personne qui y est entrée doit en ressortir plus libre et en capacité d’utiliser à bon escient cette liberté nouvellement acquise ou retrouvée. Transformée, la personne a gagné en capacités personnelles, relationnelles, spirituelles et peut enfin lâcher la main de sa thérapeute.

51 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout